Construction d’une borne d’arcade DIY : Partie 2

Partie 2 : Travail du bois

A mesure que j’avance dans l’établissement de mes plans et mes tracés, je me demande où je vais bien pouvoir travailler le bois : faire les découpes, les assemblages, les peintures…

Je n’y vais pas par 4 chemins. Ne possédant ni l’outillage, ni l’espace, il me faut m’en remettre à autrui et dans ces cas là, Facebook est l’un des meilleurs outil du monde !

capture-decran-2016-09-01-a-15-00-18

L’engouement des gens lorsqu’il s’agit de rendre service est assez exceptionnel ! J’ai eu 6 propositions dans la journée ! C’en est finalement une venant de Darwin que j’ai acceptée. Elle me permettait de venir autant de jour que je voulais pour réaliser mon projet, dans un grand atelier avec outils à disposition et plein de personnes pouvant éventuellement m’aider. C’est un peu le rêve dans travailler dans de telles conditions alors j’ai sauté sur la proposition (merci encore à Jean-Marc Gancille et Valentin Planchard pour l’accueil et le prêt d’outils).

L’arrivée à la menuiserie

darwin

Darwin est un bel endroit qui place le bois au centre de son développement.
Que rêver de mieux ?

Les premiers pas dans l’atelier

On me donne une scie sauteuse, on me montre comment ça marche sur un petit tronçon de bois et me voilà livré à moi même ! Il ne reste alors plus qu’à commencer mes découpes. Je ne pensais pas que ça commencerait aussi vite mais après tout, qu’attendais-je de plus ?

Les erreurs de découpes :

Bien que j’eu coupé globalement droit, j’ai fait l’erreur de couper exactement sur mon tracé. Pourquoi est-ce une erreur ? La lame de la scie sauteuse a une certaine épaisseur et prends un demi millimètre de chaque côté de mon trait de coupe. Il aurait donc fallu que je coupe à l’extérieur de mon trait de coupe pour que le bord extérieur de la lame longe le trait. De ce fait je m’évitais de couper du bois à l’intérieur de mon trait de coupe. Pensez-y.

Autre erreur : je devais être globalement ivre lors de mon tracé car l’un de mes pans faisait bien deux centimètres de plus que l’autre ! Après vérification, sur les plans, ce n’était pas un pan trop grand mais bien un pan trop court. Sur l’un de mes tracés, j’ai enlevé deux centimètres de hauteur, quelle bêtise ! Comme on ne peut pas rajouter de la matière et que le mal était fait, après avoir vérifié que cela ne gênerait pas le montage de la borne, j’ai raccourci de 2cm le pan qui était à la bonne taille mais qui était du coup 2cm que son raté de pan opposé.
Je les ai enfin superposés pour m’assurer qu’ils étaient globalement identiques et je suis passé à la suite.

La suite, c’est les rainures pour les enceintes.

img_3605

L’outil idéal pour les réaliser aurait été une défonceuse.

defonceuse-electrique-makita-rp1800fxj-1850-w

La défonceuse est un outil permettant de faire (entre autre) des rainures.
Vu que la menuiserie n’en avait pas sur la période ou j’y suis allé, j’ai fait mes rainures en perçant à la perceuse de petits trous à chaque extrémités de la rainure de telle sorte à pouvoir passer la lame de la scie sauteuse.

Je n’ai pas été très bon dans ce travail minutieux et c’est la raison pour laquelle mes rainures d’enceintes représentent la partie la plus ratée de ma borne !

Petite note sur la façon de percer du bois : Une chose que j’ai apprise à mes dépends, c’est que chaque fois que l’on veut percer le bois pour le traverser : rainures, trous pour les boutons, … Il faut percer du côté qui sera visible. En effet, quand vous percez à travers le bois, lorsque vous arrivez de l’autre côté, il peut y avoir un arrachement de la matière autour de votre trou. Surtout avec des bois un peu nuls comme le Medium. Pour les trous des rainures de mes enceintes, je n’ai pas vraiment réfléchis et du coup j’ai arraché le bois en surface autour de mes trous côté visible. Cela donne un aspect très laid que vous pourrez difficilement rattraper.

Cet arrachement est dû au fait qu’il y a du vide en dessous du trou que vous percez. Et comme il y a très peu de matière à la fin de votre trou et que vous appuyez normalement comme un fou pour avancer dans votre perçages, les derniers millimètres lâchent en arrachant un peu la surface autour.

Une manière d’éviter cet arrachement et de mettre une autre planche en dessous que vous n’avez pas peur de « sacrifier ». Vous percez à travers votre première planche, et vu que l’autre côté est en appui sur la deuxième, ça n’arrachera pas comme c’est le cas quand c’est dans le vide.

 

trou-pourris
On voit bien sur cette photo que la peinture ne rattrape pas du tout l’arrachement de la surface du bois. On peut le rattraper un peu avec de l’enduit mais on en parlera plus tard.

Le montage de la borne

Les différentes parties coupées, il faut les assembler ensemble.
Tel que j’avais réfléchi la chose, je comptais utiliser des tasseaux dans lesquels je visserai par dessus et sur le côté pour solidariser deux planches ensemble.

Sur l’image ci-dessous, on voit le tasseau servant à solidariser le bas de la borne avec un des pans latéral.
Deux vis par dessus le tasseau qui vont mordre le bas et deux vis sur les côtés qui vont mordre le pan latéral. Avec ce montage je pensais recevoir un prix Nobel de quelque chose mais la réalité fut tout autre…zoommontage

En effet, le tasseau, ce petit bout de bois de 2cm x 2cm est un bois de qualité assez naze et vu que c’est très fin, lorsque vous plantez une vis dedans à la perceuse, le bois craque souvent ! Il faut donc faire des préperçages avant de mettre vos vis, ce qui est assez pénible. On peut d’ailleurs voir une fissure sur la photo ci-dessus.
De plus, l’épaisseur de mes planches vertes était trop fine pour que le montage soit assez solide. Pas assez de la vis pouvait mordre dedans et je me suis retrouvé très souvent avec ma structure qui a lâché… Je vous raconte pas comment ça brise le coeur quand vous êtes content d’avoir vissé votre structure, qu’elle a l’air de tenir à peu près et que d’un coup, vous entez un gros craaaaack et vous voyez votre bébé s’effondrer de partout dans un fracas terrible.

montage

Face à ce problème de vis qui ne mordaient pas assez profondément, on m’a appris que la colle à bois, une fois sèche est bien plus résistante qu’une vis. C’est ainsi que je me suis retrouvé à coller mes tasseaux.

Les équerres en acier : une solution plus efficace

1-equerre-chaise-acier-zingue-l-30-mmCe qui m’aurait éviter bien des soucis aurait été d’utiliser que des petites équerres en acier partout à la place des tasseaux, des vis et de la colle. C’est un tout petit peu plus cher que les tasseaux mais dans le prix total de la borne ça ne représente finalement pas grand chose : quelques euros de plus… C’est pour cela qu’en plus de mes tasseaux j’ai renforcé partout où je le pouvais ma structure avec des équerres.

Le positionnement de l’écran

Le positionnement de l’écran est la partie la plus tricky de tout le montage. C’est aussi celle que je n’ai pas vraiment pu conceptualiser en 3D vu qu’elle dépendrait beaucoup de l’écran que je récupèrerais (emplacement des vis, poids, profondeur).

ecran-tft-lg-flatron-19-039-039-5821

Une fois que vous récupérez votre écran (don d’ami, le bon coin, amazon), assurez vous que ce dernier fonctionne bien avec votre Raspberry. Je me suis rendu compte une fois le mien en place qu’il avait beaucoup de mal à fonctionner avec mon Raspberry à cause de la connectique VGA (j’en reparlerai). Une fois que vous êtes sûr que tout fonctionne comme il faut, c’est le moment de désosser la bête. Enlever tout le plastique autour de votre écran. Enlevez aussi les enceintes si vous en avez déjà. Prenez bien garde à garder la petite barrette qui contient tous les boutons POWER, INPUT, + / -, … Ce genre de chose.

img_3633

Fixation de l’écran

Quand vous fixez votre écran, au milieu de la planche oblique, assurez vous de bien maitriser les forces qu’exerce votre écran sur la structure en bois. Un écran de 19 pouces peut peser assez lourd. Renforcez donc les parties qui vont le plus tirer.

Je savais par exemple que l’écran allait pencher en arrière et tirer fort sur ses attaches. J’ai donc renforcé le haut en mettant une petite cale qui maintiendra l’écran par l’arrière.

Renfort du haut de l'écran pour contrer les forces de tractions arrières.

Le perçage des boutons

L’activité préférée des adolescents

Le schéma

Percer les boutons ne se fait pas au hasard. Il existe des dispositions classiques et normées que vous pouvez trouver sur internet. Dans mon cas, j’ai utilisé ce fichier

horis36_m-1

 

Imprimez le sur une feuille A4 en taille 100% puis reportez votre impression sur votre planche. Enfin percez grâce à la mèche de 28mm (si vous avez optez pour des boutons de 28mm. Quand vous achetez des boutons, dans les spécifications vous trouverez toujours le terme Mounting Hole qui correspond à la taille du trou qu’il faut percer pour faire passer votre bouton).

percage-des-boutons

Anecdote du menuisier distrait :

Lorsque j’ai imprimé ma disposition de bouton sur feuille A4, je l’ai imprimée sans trop me poser de question. J’ai alors reporté la disposition sur ma planche et j’ai commencé à percer. Quand j’ai commencer à enfiler les boutons pour pouvoir tester avant le montage que tout passait correctement, je me suis rendu compte que je venais de gâcher une planche ! En effet, je n’avais pas imprimé la disposition en mode paysage, du coup, elle ne rentrait pas tout à fait dans la page en mode portrait et de ce fait, je me suis retrouvé avec la disposition à 80% de sa taille réelle. Conséquence : mes boutons se chevauchaient… Pas mal !

Une planche et une feuille A4 de gâchées à cause d’une étourderie.
J’ai raconté mon anecdote à des collègues de la menuiserie et ils m’ont rassuré en me disant que cela arrivait à tout le monde, même sur des gros projets très sérieux.

Autre conseil de l’homme qui apprend de ses erreurs : La place des boutons

Quand vous faites votre plan et la disposition de vos boutons, pensez à la hauteur de vos boutons ! En effet, j’ai eu une très mauvaise surprise en voulant fermer le panneau avant sur charnière. Avant le montage des boutons celui-ci fermait sans problème et après, il s’arrêtait à 80% de sa fermeture. Pourquoi ?
A l’intérieur, les boutons situés dans les coins de ma borne se chevauchaient… 8 cm de profondeur, ce n’est pas négligeable.

chevauchement

Les finitions

Sans les conseils finitions de mes collègues menuisiers, je me serais arrêté après le montage des planches. C’est au contraire ici que le réel travail a commencé. Un travail à base d’enduit et de ponçage au papier de verre avant peinture.

L’enduitfinition-enduit

Comme on peut le voir dans les différents endroits entourés de rouge, il y a des « jours » entre les planches. Ces jours peuvent être dus à de nombreuses choses mais sont ici en particulier dus à des imprécisions lors des coupes à la scie sauteuse. Entre le panneau de l’écran et les panneaux latéraux, il y a des mini-fentes. Vu que je ne connaissais rien au travail du bois, j’aurais pu laisser ça comme ça et m’en satisfaire. Mais Jibé, mon mentor durant cette réalisation, m’est tombé dessus et m’a dit que je ne pouvais pas laisser ça comme ça, qu’il n’y avait pas grand chose à faire pour que ça devienne parfait, pas grand chose à faire pour rattraper ces erreurs en somme. Et ce pas grand chose portait un nom : l’enduit.

J’ai filé acheter un pot d’enduit et j’ai commencé à reboucher tous mes trous, mes fentes, d’un coup on pouvait penser que j’étais un roi de la découpe tant tout devenait parfait avec ! Il m’a aussi fait tartiner d’enduit le bois de mon écran qui était un bois un peu plus chiant que celui du reste de ma boite. En tartinant ainsi mon panneau de bois et en passant ensuite un coup de papier de verre très fin, je m’assurais que la peinture accroche beaucoup mieux à la surface et que le bois ne boive pas trop. L’enduit permet aussi de rattraper toutes les aspérités, les différences de niveaux, les endroits ou le bois a éclaté. Une fois le coup de peinture par dessus, on se retrouve avec une surface uniforme sans discerner de différence entre le bois et l’enduit. C’est comme si vous aviez rajouté de la matière partout où il en manquait. Pensez-y, l’enduit sauve la vie.

La calle à poncer

Toutes mes découpes n’étaient pas droites à 100%. Pour rattraper ça, il suffit d’enrouler un tasseau de papier de verre d’un grammage autour 50 et de frotter avec cette sorte de poignée improvisée sur votre arrête pas droite. Vu que le tasseau est parfaitement droit, si vous vous en servez pour frotter une tranche pas super droite, ça va finir par enlever la matière pas droite de votre tranche et vous faire une tranche extrêmement droite. Voilà comment rattraper une découpe un peu hésitante à la scie sauteuse.

Casser les angles

Pour que la borne soit agréable au touché, il me fallait casser les angles de mes arrêtes. Avec votre calle à poncer, vous passez donc à 45° sur tous vos angles. Plus vous ferez de passage sur une arrête plus l’angle s’amenuisera et vous pourrez alors poser vos petits poignets sur vos arrêtes sans éprouver la moindre gêne.

Reponcer l’enduit

Chaque fois que vous appliquez de l’enduit, laissez le sécher et une fois sec, passez dessus un papier de verre de grammage 140 pour enlever toutes les petites aspérités et uniformiser les niveaux. Il faut qu’au passage de votre doigt de la partie de votre bois à la partie d’enduit ce soit doux. Si vous sentez une différence de niveau ou des aspérités, repassez un coup de ponçage.

Peinture

Une fois tout le travail de ponçage au grain de 50 réalisé, les angles cassés et les enduits poncés, il est temps de peindre la bête. Plusieurs écoles ici. Soit vous le faites comme moi au rouleau et à la peinture, soit vous le faites à la bombe. La bombe vous fournira un résultat plus lisse et une texture plus plastique que la peinture au rouleau qui nécessitera peut être un ponçage (140) et un vernissage en plus pour avoir une texture agréable.
Dans tous les cas essayez de ne pas peindre dans l’atelier de menuiserie ou alors enlevez bien toute la poussière avant de commencer ! En effet, la poussière peut venir pourrir votre peinture et ce n’est pas ça qui manque dans un atelier de menuiserie.

img_3554

Pour ma part, je suis allé me mettre dehors avant de commencer. Il faisait à peu près 40°C au soleil le séchage n’allait pas prendre bien longtemps. Évitez toutefois de faire comme moi et d’embarquer avec vous tous les pinceaux de l’atelier laissant votre collègue peintre dans la merde sans aucun moyen de vous retrouver, vous et ses pinceaux. Pardon Yohan.

Fin des finitions

Ainsi, après toutes les différentes étapes de finitions que je vous ai décrites plus haut, les jours qu’il y avait ont disparu et la borne a beaucoup beaucoup plus de gueule comme ça. Toutes les petites imperfections du départ dans les coupes et le montage sont rattrapées et gommées avec le travail de finitions.

finitions

Voila pour le montage de la borne et les finitions !
Dans la partie suivante on va voir comment brancher tout ça : boutons, joystick, raspberry pi, écran…